Note : cette page et ses annexes seront amendées au fur et à mesure que ce site fera référence, notamment dans ses fiches biographiques, aux Cafés-Concerts et Music-halls. Nous ne pouvons que trop vous recommander de la consulter régulièrement.

Dans la liste qui suit, en rouge, les établissements qui ont gardé leur nom et (ou à peu près) leur vocation première.
En gris, les établissements dits "secondaires".

Note : en bas de page, on trouvera des liens vers d'autres photographies d'établissements, de programmes, d'affiches et vers une liste (non exhaustive) des établissements de province.


Un clic agrandit ou élargit la plupart des photos qui suivent.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W XYZ
(Cliquer sur l'index pour changer de page)

T


Numéro
dans la voie
Établissement
Voie

Tabarin (Bal)
Salle construite, en 1904, selon les plans du compositeur et chef d'orchestre Auguste Bosc qui y présente, tout d'abord, des attractions diverses : acrobates, luttes, bals costumés. Lorsque le Moulin Rouge est incendié, en 1915, c'est là que se retrouvent les fameuses danseuses du French Cancan mais un temps seulement car le tout est transformé en skating (patinage) jusqu'aux environs de 1920, date à laquelle on retourne aux attractions du début avec des concours de chapeaux, etc. - À partir de 1933, on y présente des revues et divers spectacles jusqu'en 1953.
Voir au complet ici - Voir photos


Aujourd'hui : immeuble résidentiel (Retour au plan de Paris)

Tambourin (Le)
  1886-1887, n'a duré que quelques mois ! La patronne des lieux et les charmantes hôtesses accueillaient la clientèle en costume folklorique?. Vincent Van Gogh en était un "pilier" ! Deviendra le Cabaret des Quat'z'Arts
 

Taverne du bagne (La)
  1885-1886, a duré 6 mois !
 

Temple (Concert du)
  Cinéma (Le Consortium) en 1912, ouvre Concert du Temple, en 1922. Fermé, en 1930, pour redevenir un cinéma : Templia puis Action République, puis Théâtre Le Temple.

Aujourd'hui : théâtre (Retour au plan de Paris)



Place Musset, 17e -Rond-point de la porte Maillot Neuilly devenu en 1929 la Place de Verdun
Terminus
De 1914 à 1918

Ternes (Concert des)
     

Tertulia [La]
  Ouverte en 1871, par Victoire Macé et Louis Montrouge. Ces derniers l'abandonnent pour poursuivre leurs carrières lyriques, en 1873. Les Folies Montholons (théâtre et concert) la remplacent alors jusqu'à sa fermeture, en 1879, où elle est remplacée par une église catholique gallicane.

Aujourd'hui : commerce & appartements (Retour au plan de Paris)
   

Théâtre des Gobelins


Construit en 1869, sa façade sculptée est l'œuvre d' Auguste Rodin.
Les deux figures représentent le drame (l'homme) et la comédie (la femme). D'abord appelé Nouveau théâtre Saint Marcel, prend le nom de Théâtre des Gobelins en 1878. théâtre à l'italienne de 800 places, avec deux balcons, consacré d'abord aux pièces à grand spectacle, puis aux spectacles de variétés.Projection de films documentaires, comiques et de fiction. dès 1906.
Devenu cinéma permanent en 1934, restauré en 1993 (avec deux salles) sous le nom de Gaumont Gobelins-Rodin, et fermé depuis novembre 2003, il a servi d'entrepôt pour un cinéma voisin. Travaux de restructuration en 2010. Inauguration en 2014 de la fondation Jérôme Seydoux-Pathé, centre de recherche, de documentation et de consultation sur l'histoire du cinéma, destiné aux historiens, enseignants et étudiants. la façade de Rodin, étant classée aux monuments historiques, n'est pas modifiée.

Aujourd'hui : Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Théâtres du Boulevard du temple :

    De Louis XVI à la monarchie de Juillet, le boulevard du Temple connaît une grande vogue populaire : baptisé alors "boulevard du Crime" sur lequel se trouvaient plusieurs théâtres mélodramatiques dans lesquels étaient fréquemment représentés des faits divers, assassinats et vols. C'est un lieu de promenade et de divertissements, concentrant de nombreux cafés-concerts et théâtres situés précédemment aux foires Saint-Laurent et Saint-Germain. S'y trouvait, dans la première moitié du XIXe siècle, un grand nombre de théâtres plutôt du côté des numéros pairs (Voir l'illustration ci-contre à gauche) :

    Café des Mousquetaires,

    Théâtre Lyrique (voir à Eden-Théâtre),

    Théâtre Impérial du Cirque,

    Théâtre des Folies Dramatiques,

    Théâtre de la Gaîté,

    Théâtre des Funambules,

    Théâtre des Délassements Comiques,

    Théâtre Lazary.

 

Théâtre des Variétés
Fondé en 1790 au Palais Royal par Marguerite Brunet, dite Mlle Montansier. Son succès fait de l'ombre à la Comédie Française. Construit et inauguré en 1807 au n° 7 du Boulevard Montmartre (en voir une gravure). On y donne le vaudeville. A la fin du XIXe siècle, la mode est a l'opérette.La Vie Parisienne d'Offenbach est à l'affiche avec Berthelier, José Dupuis, Zulma Bouffar... En 1907, on y projette un film de 90 minutes, qui serait le premier long métrage produit en Europe. Classé monument historique en 1974, il est l'un des plus anciens théâtres de Paris, toujours actif.


Aujourd'hui : théâtre

Théâtroscope
  En 1901  

Tivoli Folies du Gros-Caillou
Ouvert vers 1870, devient le Cirque Métropole en 1900, puis Cirque de Paris, en 1907 avec entrée aux 18,20, Avenue de la Motte-Piquet. Il revient à la chanson en 1920, mais le cirque y fait son retour dès 1921. Il ferme ses portes dans les années '30 pour être définitivement rasé.

Aujourd'hui : hôtel (Retour au plan de Paris)

  
 
Tivoli - Waux-Hall (ou Vauxhall)

Créé, en 1764, rue de Bondy (aujourd'hui Rue René-Boulanger), le Vauxhall d'été est installé au niveau de l'actuel n° 48. En 1777, le percement de la rue de Lancry le fait disparaître.

Il réapparaît en 1785, Rue Samson (qui devient plus tard la Rue de la Douane, puis la Rue Léon-Jouhaux). Il remplace à la fois le Vauxhall d'été précédent, mais aussi le Vauxhall d'hiver de la Foire Saint-Germain, abandonné. En 1841, il s'installe plus bas, aux 12-14-16 dans la Rue Neuve-Samson devenue rue de la Douane, à proximité du nouveau canal Saint-Martin. Une entrée Rue de la Douane et la sortie Rue du Faubourg-du-Temple. Valentin le Désossé y commence sa carrière. Cet endroit est aussi un haut lieu des réunions politiques (houleuses !) de la seconde moitié du 19e siècle.
Eden Palace (lieu de distraction), puis Tivoli Cinéma jusqu'en 1957, année de sa démolition.



Aujourd'hui :
immeuble résidentiel

Tréteaux de Tabarin
  Voir au complet, ici  

Trianon
  • - 80, Boulevard Rochechouart, 18e

    Inauguré, en 1894 et construit sur l'emplacement du jardin de l'Élysée-Montmartre.Détruit par un incendie, en 1900, réouverture, en 1902, mais transformé en théâtre (Trianon-Théâtre puis Théâtre Victor-Hugo, Trianon lyrique et à nouveau Le Trianon) ; redevient music-hall, en 1936, mais peu de temps après, un cinéma (avec tout de même des "attractions" à l'entracte) jusqu'aux années soixante, puis cinéma seulement. Classé à l'inventaire des monuments historiques, le Trianon redevient une salle de spectacles en 1992.

    Aujourd'hui : salle de spectacles (Retour au plan de Paris)

Trois Baudets
  Sur l'emplacement d'un ancien dancing, le Cœur de Montmartre (à la place de l'ancien Cabaret de la Chanson), on contruit en 1947, ce qui est en 1949, Les Trois Baudets. Ferme en 1960, pour rouvrir en 1961. En 1967, il devient un salon de thé puis un cabaret de nus, le Toplès. Pour mieux renaître en 2010 !

Aujourd'hui : salle de spectacles

Truands (Cabaret des ou Taverne des)
En 1910, Stein, un provincial "monté à Paris" y ouvre La truie qui file. Ferme et rouvre comme Araignée que remplace le Porc-épic dirigé par Maurice Mérall. Arrive William Burtey qui en fait l'Epatant. Changement de direction pendant la Première Grande Guerre et... nouvelle enseigne Les Truands. Nouveaux acquéreurs, en 1922, (Roger Férréol et André Dahl) et c'est le Théâtre des Deux Ânes. Alibert en prend la direction, en 1928. Photo de l'intérieur du cabaret.

Aujourd'hui : salle de spectacles : Théâtre des Deux Ânes

Retour à la page d'introduction   ou   Photographies...   Affiches...   Programmes...   Établissements en province...