Georgius

Un Agent courait

1922

Chanson écrite et créée par Georgius

Musique de Pierre Chagnon.


Paroles

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Sa sueur lui coulait de la tête aux bottes,
Un agent courait dans les rues d'Paris,
Un gosse qui passait en resta saisi.

Un monsieur barbu d'manda au gamin :
"Mais où court-il ainsi ?"
"Monsieur, j'en sait rien."
"Un crime, peut-être ?", leur dit un passant,
Un autre suggéra "Ou un accident ?"

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Le monsieur barbu dit : "Suivons sa piste !",
Un agent courait dans les rues d'Paris,
Trois hommes et un gosse couraient derrière lui.

Une vieille concierge lâcha son plumeau,
Vint frapper sur l'épaule d'un camelot :
"Savez-vous c' qui s' passe ?" "Oui, dit un badaud,
Paraît qu' ce sont des bandits en auto".

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Un monsieur barbu, une vieille concierge,
Trois passants, un camelot et un Titi
Couraient derrière lui en poussant des cris

Comme le groupe passait d'vant un restaurant,
Voilà qu' sans payer sortirent les clients.
"Qu'y a t-il ?" "Le feu !" répondit l' garçon,
"Non, c'est une émeute !" rétorqua l' patron.

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Clients et clientes, au nombre de trente,
Le patron, l' garçon, le camelot, l' titi,
La concierge, l' barbu couraient derrière lui.

Un charretier arrêta son cheval tout net,
Un vidangeur arrêta sa tinette,
L'premier dit : "Un fou a dû s'échapper !"
"Non, fit l'autre, c'est une femme qu'on a violée !"

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Trente clients, l' patron, l' garçon, la concierge,
Un camelot, un gosse, une tinette et puis
Un barbu à cheval couraient derrière lui.

Un coiffeur obèse sortit d' sa boutique,
Un cul-de-jatte aveugle, une paralytique
Bondirent comme des fous et furent suivis
Par trois autobus et quatorze taxis.

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Suivi d'un coiffeur, d'une tinette obèse,
D'un camelot cul-de-jatte, d'une barbe en taxi,
D'une concierge à cheval. Ah, j' sais plus c' que j' dis !

Trois mille personnes criaient à pleins poumons :
"Y a l' feu !" "Un crime !" "Non, la révolution !"
"Un meurtre ou un vol ? " "Non, un accident !"
Faute du même avis, ils s'rentrèrent dedans.

Un agent courait dans les rues d'Paris,
Le camelot jeta l' gosse dans la tinette,
L'autobus et l' cheval s' tapèrent dans l' nombril,
Le cul-de-jatte botta l' derrière du taxi.

La paralytique gifla le barbu,
Clients et patron se tapèrent dessus,
L' coiffeur, la concierge se trouvèrent mal,
L' camelot s'évanouit dans les bras du cheval.

L'agent s'arrêta en entendant c' bruit.
Cent mille bouches hurlèrent : "Mais dites-nous c' qui s' passe !"
Et se tenant l' ventre, v'là qu'il répondit :
"Il y a qu' j'y tiens plus, je cours faire pipi !
"