Aristide Bruant


Eugénie Buffet




À Saint-Lazare

1887

Chanson (paroles et musique) d'Aristide Bruant créée par l'auteur en 1887, reprise en 1892 par Eugénie Buffet.

Enregistré par Aristide Bruant en 1905, par Eugénie Buffet en 1933, par Germaine Montero en 1953, par Lina Margy en 1966, par Véronique Sanson, (à l'Olympia) en 1989, etc., etc.


Voir également la page Aristide Bruant dans la rue.

Ci-contre : À Saint-Lazare croquis d'Henri de Toulouse-Lautrec pour petit-format.


Version 1933 par Eugénie Buffet.


Paroles

(Plusieurs variantes - les suivantes sont les plus courantes. Le couplet en gris ne figure pas sur la version de Madame Buffet.)

C'est de la prison que j't'écris
Mon pauvr' Polyte
Hier je n'sais pas c'qui m'a pris
À la visite
C'est des maladies qui s'voient pas
Quand ça s'déclare
N'empêche qu'aujourd'hui j'suis dans l'tas
À Saint-Lazare

Mais pendant c'temps-là, toi, vieux chien,
Qué'tu vas faire ?
Je n'peux t'envoyer rien de rien,
C'est la misère.
Ici tout l'monde est décavé,
La braise est rare ;
Faut trois mois pour faire un linvé
[*]
À Saint-Lazare.

Vrai d't'savoir comme' ça sans l'sou
Je m'fais une bile
T'es capabl' de faire un sal' coup
J'suis pas tranquille.
T'as trop d'fierté pour ramasser
Des bouts d'cigare
Pendant tout l'temps que j'vas passer
À Saint Lazare

Va t'en trouver la grand' Nana
Dis que j'la prie
D'casquer pour moi, j'y rendrai ça
À ma sortie
Surtout n'y fais pas d'boniments
Pendant qu'je m'marre
Et que j'bois des médicaments
À Saint-Lazare

Et puis mon gros loup, bois pas trop
Tu sais qu't'es teigne
Et quand t'as un petit coup d'sirop
Tu fous la beigne
Si tu t'faisais coffrer un soir
Dans un' bagarre
Y'a pus personn' qui viendrait m'voir
À Saint-Lazare

J'finis ma lettre en t'embrassant
Adieu mon homme
Malgré qu'tu sois pas caressant
Ah j't'ador' comme
J'adorais l'bon Dieu comm' papa
Quand j'étais p'tite
Et qu'j'allais communier à
Sainte-Marguerite.


[*] pièce de un franc.