Georgius

Y s'retourne sur toutes les femmes

1926

Paroles de Georgius - P. Pares - Musique de Georges Van Parys


Paroles

La p'tite Jacqueline et le p'tit Jean
Se sont mariés y a pas longtemps.
Ils feraient un ménage heureux,
Mais il y a quelque chose entre eux.
On n'peut pas affirmer, pourtant,
Que Jacqueline est trompée par Jean.
Mais elle est jalouse, ça s'comprend,
Car dans la rue, à chaque instant...

Y s'retourne sur toutes les femmes,
Femmes du monde ou trottins.
Ça finira par un drame
Un de ces quatre matins.
Il ne peut pas voir un beau mollet
Sans immédiatement tiquer après.
Ce n'est pas drôle, en tout cas,
Pour celle qui se trouve à son bras.
Y s'retourne sur toutes les femmes,
Mais pourquoi fait-il ça ?
Voudrait-il devenir bigame ?
Non, ça je n'le crois pas.
Ah, ces cochons d'hommes, décidément,
Ils sont tous les mêmes, c'est dégoutant.
Y s'retournent sur toutes les femmes,
C'est leur tempérament !

L'autre jour, il flânait dans la rue,
Vint à passer une petite grue.
Il s'est r'tourné, très allumé,
Tout en continuant à marcher.
Sous ses pieds, il y avait un trou,
C'était la plaque d'un égout
Qu'un ouvrier venait d'soulever,
Il a disparu en entier.

Y s'retourne sur toutes les femmes,
Femmes du monde ou trottins.
Ça finira par un drame
Un de ces quatre matins.
Cet avatar ne l'a pas guéri.
Hier, caché sous un parapluie,
Il aperçoit un mollet,
Voilà qu'il a couru après.
Y s'retourne sur toutes les femmes.
L'mollet trottait toujours.
Pour voir la tête de la dame,
Il a fait un détour.
Sous l'parapluie il vit tout à coup
Que c'était l'curé du Gros Caillou.
Y s'retourne sur toutes les femmes.
Ben ça, c'est un sale coup !

Jacqueline s'est fait du mauvais sang,
Elle a fait des r'montrances à Jean.
Rien n'y a fait, alors, un soir,
Elle s'est jetée, de désespoir,
Jetée, non pas du haut d'un pont,
Non, dans les bras d'un beau garçon.
Elle va chez lui l'après-midi,
Et tandis que son p'tit mari...

Y s'retourne sur toutes les femmes,
Femmes du monde ou trottins.
Elle, au lieu de faire un drame,
R'tire sa ch'mise en satin.
Mais le concierge, un vieux polisson
Qui a fait un trou dans la cloison,
Vient guetter les deux amants
Et murmure au bout d'un instant :
"Y s'retourne sur la p'tite femme !
Oh, le sacré coquin !
Il va l'écraser, madame !
Non, elle trouve ça très bien. "
Il la guette ensuite quand elle descend,
Soupirant " Ah, si j'avais vingt ans... "
Y s'retourne sur la p'tite femme,
On en fait tous autant !