Consuelo Velázquez

Francis Blanche

Fils du comédien Louis Blanche (J'aime toutes les femmes de Carl Lamac - 1935), Francis Blanche est né à Paris le 21 juillet 1921 (et non 1919 - merci Monsieur F.)  et est décédé dans la même ville en 1974.

Comédien, scénariste, réalisateur, humoriste (ses numéros avec Pierre Dac sont légendaires, en particulier celui de la voyance Il peut le dire), Francis Blanche fut également l'auteur d'environ quatre cents (certains avancent le chiffre de six cents) chansons parmi lesquelles on retrouve "Débit de lait, débit de l'eau" (mise en musique par Charles Trenet), "J'ai de la barbe" et "La pince à linge" créées par les Quatre Barbus, "La truite de Schubert" créée par les Frères Jacques, "Le gros Bill", "Davy Crockett", "Chanson aux nuages" (cette dernière chantée par Tino Rossi) en plus d'être le responsable de l'adaptation en français d'une chanson, qui, avant lui, était restée dans le domaine du folklore, l'étonnant "Besame mucho" [*] qui a fait le tour du monde.

Autres créations de Francis Blanche

  • "On chante dans mon quartier" (1940)
  • "Le principe d'Archimède" (1943)
  • "Tu m'absous, dis ?" (1945)
  • "Oui, mais !..." (1945)
  • "Vive le vent" (1948)
  • "Le prisonnier de la tour" (1948)

Il est cependant surtout connu pour ses prestations filmées de personnages loufoques et grinçants dont le célèbre officier Papa Schulz de Babette s'en va t-en guerre de Christian-Jaque (1959) ou encore les petits gros colériques qu'on retrouve dans La jument verte (Claude Autant-Lara),  Les Tontons flingueurs ou Les Barbouzes de Georges Lautner, etc.

Francis Blanche fut le réalisateur de Tartarin de Tarascon (1962) et a écrit les scénarios et dialogues de plusieurs longs métrages, dont, entre autres, L'Assassin est à l'écoute de Raoul André (1948), Une fille à croquer de Raoul André (1950), Faites-moi confiance de Gilles Grangier (1953) et La Grande bouffe de Marco Ferreri (1973).


Annexe

Message de Monsieur Jacques Darrigade (13 avril 2003)

"Bravo pour votre site sur la chanson française qui est une mine d'or pour le néophyte que je suis.

Dans votre chapitre sur Tino Rossi, vous parlez de BESAME MUCHO enregistré par ce chanteur en 1945 , en remarquant que cette chanson est d'origine française malgré son titre hispanique. Vous citez Francis Blanche comme auteur. En fait Francis Blanche a repris une chanson de Consuelo Velãzquez (Mexique) écrite par celle-ci en 1941 et en a fait une "adaptation" libre tout en gardant le titre originel , et la musique. (d'autres adaptations ont été faites comme celle de Jean Lalonde, toujours sous le même titre. ) En ce cas ne s'agit-il pas simplement d'une adaptation d'une chanson préexistante ? où est la frontière entre l'adaptation et la création ? cela mériterait quelques éclaircissements..."

Notre réponse

"Merci pour ce renseignement.

Francis était surtout un fantaisiste et ce n'est pas surprenant qu'il ait fait cet emprunt. Volontairement ou non. - Un air entendu une fois, un titre et le voilà écrivant une "autre" chanson.

Vous avez raison quand même pour ce qui est de la différence entre l'adaptation et la création. - Cela mériterait un site à lui tout seul. - Nous l'avons souligné à quelques reprises dans nos "Cinquante chansons [du Temps des cerises aux Feuilles mortes]" des chansons qui nous semble si françaises, parfois, ont des origines surprenantes, i.e. "Viens, Poupoule !", "La Matchiche"... - Regardez ce qui est arrivé au "Chaland qui passe" mais, dans le sens contraire, on oublie souvent que "My way" est de Claude François et que dire de "Je cherche après Titine" chanté par Chaplin ?

Merci encore une fois.

Cordialement"

Paul Dubé


[*] Musique (1941) de Consuelo Velázquez (Mexique - 21 août 1924 - 22 janvier 2005)