Bruet

Voilà un interprète qui a connu peu de succès notables mais qui a eu une longue carrière.

On retrouve Théodore Bruet (né vers 1843) à ses débuts à l'Eldorado où, il tyrolianise et chante "Le coupé de Lise", "Les Morvandelles", "Le Chevrier", des chansons oubliées depuis longtemps, puis, plus tard, en duo avec Marie Rivière (dont il devint le mari), un duo que Chadourne apprécie. Salée (voir bibliographie) nous signale qu'il est un habitué du Château d'Eau (ex-XIXe Siècle, 61,rue du Château-d'Eau, 10e) au cours des années soixante-dix.

Dans les années quatre-vingt, Fragson, alors au tout début de sa carrière, fut son accompagnateur et, dans les années quatre-vingt-dix, on le retrouve en tant que parolier.

Dans ses Mémoires, Paulus le cite plusieurs fois précisant qu'il était un grand camarade.

Charlus nous mentionne qu'il est décédé à Pont-aux-Dames [maison de retraite].

Peu de succès. Son amitié semble avoir fait le reste.


Petits formats

(Source : Jean-François Petit)