PAGE ANNEXE
________________

Discographie






Roman Cycowski
baryton



Harry Frommermann
ténor



Ari Leschnikoff
ténor



Robert Biberti
basse



Erich A. Collin
ténor



Erwin Bootz
pianiste









Comedy Harmonists (1935)
Voir note [**] à Discographie





Meistersextett (1935)
Voir note [**] à Discographie

Comedian Harmonists

On a beau être d'origine allemande, porter un nom anglais et chanter dans diverses langues, quand on a créé "Les gars de la marine", qu'on a chanté dans une opérette dont l'auteur est Sacha Guitry et qu'on s'est permis de ré-harmoniser "Avec les pompiers" la même année que ce tube a été créé par l''orchestre de Fred Adison, on peut se considérer français, du moins en ce qui concerne la Chanson française.

(Détail de la photo ci-contre, à gauche)

1 Roman Cycowski (1901-1998), vécut le reste de sa vie à Palm Springs (Californie) où il demeura un des piliers d'une congrégation juive jusqu'à sa retraite.
2 Harry Frommermann (1906-1975) immigra aux États-Unis où il fonda un nouveau groupe qu'il dirigea jusqu'en 1951, Harry Frohman and his Harmonists. En 1960, il revint en Allemagne pour y vivre ses dernières années.
3 Ari Leschnikoff (1897-1978) retourna dans son pays natal, la Bulgarie, où il exerça différents métiers avant d'être retrouvé, vivant dans un taudis, en 1965, et être invité à vivre ses derniers jours en RDA où le gouvernement lui accorda une pension à vie.
4 Robert Biberti (1902-1985) demeura en Allemagne où il devint antiquaire, métier qu'il exerça jusqu'à la toute fin de sa vie.
5 Erich Abraham Collin (1899-1961) parvint à échapper aux nazis en 1938 et immigra aux États-Unis via Vienne. Il devint concepteur graphique.
6 Erwin Bootz (1907-1982), vécut un temps au Canada avant de retourner à Hambourg, peu après la guerre, où il redevint un pianiste fort populaire.

Ce groupe - qui a duré moins de sept ans - demeure encore aujourd'hui un des plus importants ensembles vocaux de toute l'industrie du disque et l'on peut, soixante-et-dix ans après sa disparition trouver, en tout temps, encore de nos jours, deux, trois, quatre CDs de leurs enregistrements. - En quelques minutes, une recherche rapide sur Internet nous a permis d'en trouver trois : un en Allemagne (The world of the Comedian harmonists [*]), un en Angleterre (Best recordings 1927 - 1939) et un édité en France (Les Comedian Harmonists chantent en français [*]). 
- Par curiosité, nous sommes allés chez Amazon (USA - http://www.amazon.com) et là, surprise des surprises, nous en avons trouvé trente-quatre ! - Pas mal pour un groupe dont les membres, à cause d'un caporal de la Première Grande Guerre, ont dû se séparer parce que trois d'entre eux étaient juifs. Pas mal du tout.


[*] Album double.


L'histoire des Comedian Harmonists débute en 1927, quand un étudiant berlinois, Harry Frommermann, amateur d'un groupe américain, les Revelers [**], plaça une petite annonce dans le Berliner Lokalanzeiger dans laquelle il se dit à la recherche de chanteurs dans le but de former un groupe vocal.


[**] Fort connu et apprécié aux États-Unis, les Revelers firent leur première apparition en France aux Ambassadeurs en 1928. On les revit à l'Empire en 1929, salle Pleyel en 1930...


Frommermann est un musicien doué mais il a aussi la particularité d'être capable d'imiter plusieurs instruments et bien avant d'avoir rédigé sa petite annonce, il a déjà écrit onze arrangements vocaux pour le groupe qu'il a l'intention de créer. - Plusieurs personnes répondent à sa demande mais un seul, lui semble digne de faire partie de son ensemble : Robert Biberti, une basse qui fait déjà partie du chœur de la Charell-Revue. - Les deux s'entendent à merveille, remanient les arrangements que le premier avait écrits et partent à la recherche de quatre autres chanteurs. - En l'espace de quelques semaines, le groupe, qui a décidé de s'appeler The German Revellers (sic), est formé.

De la même Charell-Revue, le troisième membre à se joindre est un ténor bulgare du nom d'Ari Leschnikoff. Puis sont embauchés : un baryton d'origine polonaise, Roman Cycowski ou Cykovsky ; un deuxième ténor en la personne d'un ex-étudiant en médecine Erich Abraham Collin ; puis finalement, un pianiste, tout frais sorti de l'académie, Erwin Bootz.

Quelques mois plus tard, ils sont déjà en vedette dans toute l'Allemagne [*], ayant depuis peu changé leur nom pour celui de Comedian Harmonists.

Leur carrière, en France, qui débute en 1930, est fulgurante.

Les Comedian Harmonists non seulement conquièrent tous les publics mais des 1931, ils tournent avec Henri Garat et Lillian Harvey, alors au sommet de leur popularité, en Allemagne, Le chemin du Paradis, Princesse, à vos ordres ; puis, avec Jean Murat, Le capitaine Craddock (d'où est tiré un de leurs grands succès, "Les gars de la marine") et "Le vainqueur"...

Ils enregistrent :

  • "Avoir un bon copain"
  • "Quand il pleut"
  • "Tout le jour, toute la nuit" ("Night and Day")
  • "D'Ajaccio à Bonifacio"
  • "Il pleut sur la route"
  • "J'aime une tyrolienne"
  • "Il ne faut pas briser un rêve"...

Voir aussi la page Discographie.

Leur présence en scène, leurs trouvailles musicales, la précision de leurs interprétations en font des vedettes internationales. Aux États-Unis ils obtiennent un immense succès à New York, au début de 1934.

Mais leur carrière ne peut survivre au climat politique de l'époque. Le choix de leur répertoire est critiqué ouvertement par les nazis dès 1932. Pire encore ; trois des membres du groupe sont d'origine juive : Frommermann, Collin, et Cycowski ; et l'épouse de Bootz est une juive. En 1934, il est question de leur interdire de chanter. Les Comedian Harmonists décident avant d'être déclarés Auftrittsverbot (interdits de paraître en public) par la Reichskulturkammer, de se séparer. Ils donnent leur dernier concert à Munich le 25 mars 1934.

L'après-guerre démontrera que cela ne fut pas la seule raison pour laquelle ils avaient décidé de se séparer (nombreux procès pour droits d'auteurs, répartition des revenus, etc.) mais, entre-temps, onze années s'étaient écoulées...

En 1976, le réalisateur allemand Eberhard Fechner tourna un documentaire sur leur carrière. Y furent interviewés, longuement, tous les membres du groupe.


Discographie

Voir à la page suivante.


Illustrations musicales

Avant de passer aux enregistrements des Comedian Harmonists, faites un tour en arrière et allez ré-entendre une chanson créée par Henri Garat dans la comédie musicale Florestan 1er, Prince de Monaco dont les textes furent de W. Heymans et de Sacha Guitry (musique de A. Willemetz). Cette chanson s'appelle"Amusez-vous..."

Après, écoutez la version des Comedian Harmonists :

"Amusez-vous"

1934

Surprenant n'est-ce pas ?

On ne saurait passer par dessus, sans doute, l'un de plus grands succès (du film Le capitaine Craddock) :

"Les gars de la marine

1931

Et à notre page sur...

"Avec les pompiers"...

1934

Merci Laurence Dedet (et pour d'autres précisions également).


[*] Note et ajout (12 août 2009)

Aujourd'hui encore, deux "tubes" circulent récurremment sur les ondes des radios allemandes.

En voici les deux extraits :

"Veronika, der Lenz ist da"
1930 (Veronika, le printemps est là)

On remarquera "l'innocence" du refrain

Veronika, der Lenz ist da,
Die Mädchen singen tralala.
Die ganze Welt ist wie verhext,
Veronika, der Spargel wächst!
Veronika, die Welt ist grün,
Drum laßt uns in die Wälder ziehn.
Sogar der Großpapa
Sagt zu der Großmama :
"Veronika, der Lenz ist da,
Veronika, Veronika, der Lenz ist da!"

Veronika, le printemps est là,
Les demoiselles chantent tralala
Le monde entier est comme ensorcelé
Veronika, l'asperge pousse!
Veronika, le monde est vert
Allons en forêt
Même Grand-papa
Dit à Grand-maman :
Veronika, le printemps est là,
"Veronika, Veronika, le printemps est là!"

et

"Wochenend und Sonnenschein"
1930 (fin de semaine et soleil brille)