Félix Mayol vers 1906

Ah ! Le joli jeu !

1906

Chanson - Paroles et musique de Paul Marinier

Mayol et Esther Lekain à Parisiana mais également chanté par Lidia à la Scala.

1907


Paroles

Le jeu dont les amants raffolent
C'est celui de "pigeon vole"
Ils s'y donn'nt des noms d'oiseaux
Prenn'nt comm' gages des bécots !
D'autres se plais'nt davantage
Au billard,? carambolage
Et sav'nt marquer plusieurs points
Quand ils tienn'nt les bill's dans un coin
Mais surtout à bien réussir,
C'est un joli coup d'effet à r'venir !

Refrain
Ah ! le joli petit jeu
Que jouent les amoureux
Le soir au clair de lune
C'est pas pour des prunes
Qu'on nomm' ça la bonn' fortune !
Le pass'-temps qu'ils aim'nt le mieux
C'est le tonneau
[*] parbleu
Car ceux qui sont habiles
Mett'nt toujours dons l'mille
Ah ! le joli petit jeu !

Ce que Madame préfère
C'est la manille aux enchères
Ell' rit comm' un' foll' chaqu' fois
Quell' fait une passe avec le roi !
Mais quand 'il attaqu' la belle,
Soyons serieux, lui dit-elle :
Ne prends pas l'bout d'mes nichons,
Comme bier soir, pour le manillon !
Ah ! j'comprends pourquoi tu gagn's comm' to veux,
Chaqu' fois que j'écart', tu vois tout mon jeu !

Refrain
Ah ! les jolis petits jeux
Que jouent les amoureux
Le soir dans leur chambrette ;
Jamais ils n's'embêtent
Quand its sont en tête-à-tête
Madam' trich' tant quell' peut
Retourne tout c'quell' veut
Mais jamais ne réclame
Quand lui r'tourn' la dame !
Ah ! le joli petit jeu !

Avec la table et les chaises,
D'autres font du steeple-chase !
C'est lui qui lèv' le drapeau
Et c'est ell' qui juge au poteau !
Ce sont de folles gambades,
Mais hélas ! un dérobade
Fait qu'il s'arrête au tournant
Avant qu'elle n'affich' le gagnant !
Tu n peux pas, dit-ell', finir le parcours ?
Moi qui commengais déjà l'deuxiem' tour !

Refrain
Ah ! les jolis petits jeux
Que jouent les amoureux
Quand leur raison s'envole
Chacun cabriole
Sans souci du protocole !
Ils gagn'raient tous deux
Mais l'accident fâcheux
Arrive à l'improviste
Il sort de la piste
Plus joli le joli petit jeu !

Enfin quand deux partenaires
S'enferment avec mystere
Ils pratiquent tour à tour
L'jeu du hasard et de l'amour
Monsieur s'amus' comme un gosse,
Et Madam' s'en paye un' bosse :
Il lui arriv' mêm' parfois
De la garder pendant neuf mois !
Ell' dit : ca m'rappell', ma foi, mon jeun temps
Quand on jouait, to sais, à papa-maman !

Refrain
Ah ! les jolis petits jeux
Que jouent les amoureux
La nuit dans leur chambrette
Ça va, ça s'arrete...
Ça finit dans un' cachette
Chacun met son p'tit enjeu,
Et Madame et Monsieur
Gagn'nt la meilleur' des choses :
C'est un bébé rose ;
Ah ! le joli petit jeu !

Avec un dernier couplet et un dernier refrain non enregistrés par Mayol, les 78 (80) tours de l'époque ne pouvant dépassé deux minutes, deux minutes et demi :

Enfin quand deux partenaires
S'enferment avec mystère
Ils pratiquent tour à tour
L'jeu du hasard et de l'amour
Monsieur s'amus' comme un gosse,
Et Madam' s'en paye un' bosse :
Il lui arriv' mêm' parfois
De la garder pendant neuf mois !
Ell' dit : ca m'rappell', ma foi, mon jeun temps
Quand on jouait, to sais, à papa-maman !

Refrain
Ah ! les jolis petits jeux
Que jouent les amoureux
La nuit dans leur chambrette
Ça va, ça s'arrete...
Ça finit dans un' cachette
Chacun met son p'tit enjeu,
Et Madame et Monsieur
Gagn'nt la meilleur' des choses :
C'est un bébé rose ;
Ah ! le joli petit jeu !


[*] Autour de ce jeu dit également "Jeu de grenouille", Léon-Paul Fargue a composé une chanson ayant pour titre de "La grenouille du jeu de tonneau" plus connue sous le nom de "La grenouille américaine" sur une musique d'Érik Satie. Inutile de préciser que la "grenouille" en question n'avait aucun rapport avec le jeu du même nom mais la légende est restée. En voici le texte :


La grenouille américaine
Me regarde par-dessus
Ses bésicles du futaine.
Ses yeux sont des grogs massus
Dépourvus de jolitaine.
Je pense à Casadesus
Qui n'a pas fait de musique
Sur cette scène d'amour
Dont le parfum nostalgique
Sort d'une boîte d'Armour.


Argus de table tu gardes
L'âme du crapaud Vanglor
Ô bouillon qui me regardes
Avec tes lunettes d'or.