Cafés-Concerts et Music-Halls

Attention : cette page et ses annexes seront amendées au fur et à mesure que ce site fera référence, notamment dans ses fiches biographiques, aux Cafés-Concerts et Music-halls. Nous ne pouvons que trop vous recommander de la consulter régulièrement.

Dans la liste qui suit, en orange, les établissements qui ont gardé leur nom et (ou à peu près) leur vocation première.
En gris, les établissements dits "secondaires".

Note : en bas de page, on trouvera des liens vers d'autres photographies d'établissements, de programmes, d'affiches et vers une liste (non exhaustive) des établissements de province.


Un clic agrandit ou élargit la plupart des photos qui suivent.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W XYZ
(Cliquer sur l'index pour changer de page)

P


  • Pacra - 10, Boulevard Beaumarchais, 4e

    D'abord Concert de l'Époque (1877), cette salle est transformée en théâtre, en 1905, à nouveau en music-hall, en 1908, sous le nom de Chansonnia puis à la mort de son propriétaire, Ernest Pacra, renommée Concert-Pacra. En 1962, la salle devient le Théâtre du Marais puis Music-hall du Marais, pour, finalement, devenir un cinéma avant d'être démolie en 1972. Aussi Chansonia - Époque.

    Aujourd'hui : commerce & appartements (Retour au plan de Paris)
  • Palace - 8, Rue du Faubourg-Montmartre, 9e

    Éden, lors de son inauguration, en 1921, puis Théâtre du Boulevard, en 1923, et devient le cinéma Palace. En octobre 1933, après l'assassinat de son directeur, Oscar Dufrenne, il revient au music-hall sous le nom d'Alcazar de Paris. [*] De 1946 à 1975, c'est un cinéma qui devient théâtre en 1978. En 1980, c'est un restaurant-discothèque privé (sic) qui ferme, en 1982. De 1984 à 1989, on y entend de la house music. Repris, en 1992, puis, en 1994, sous le nom de Kitkat, il est désaffecté, en 1996, et se transforme en squat. Racheté en 2006, il devient un théâtre de 970 places en 2009.

    Aujourd'hui : théâtre (salle de spectacles)
    (Retour au plan de Paris)

[*] Merci M. Bertrand Chaumelle pour ces précisions. (02-09-2010)

 
  • Palais des Vedettes - 128, Rue Legendre, 17e

    De 1922 à 1924
 
  • Palais du Travail - 13, Rue de Belleville, 19e

    Ouvert, en 1896, dans l'ancien Bal Favié. Restauré entièrement en 1903, il devient le Concert Verner, puis change de propriétaire et d'affectation en recevant le nom de Palais du Cinéma Concert. Fermé, en 1914, à cause de la guerre, il rouvre, en 1915, et, en 1918, il est à nouveau dévolu au concert. Recyclé en cinéma, en 1919, il est transformé, en 1923, pour une ultime tentative d'en (re)faire un music-hall. En 1925, il est définitivement un cinéma, Le Floréal.Fermeture et démolition, en 1968.

    Aujourd'hui : immeuble résidentiel (Retour au plan de Paris)
 
  • Paradis Latin - 28 bis, Rue du Cardinal-Lemoine, 5e

    Modeste théâtre d'étudiants que l'on nomme Théâtre Latin, qui fait place au Paradis Latin, en 1888. Débuts laborieux, en 1894, on ferme la grande salle et on transforme alors les sous-sols en brasserie où des spectacles d'ombres chinoises ou de marionnettes sont présentés. En 1903, la brasserie ferme. Le lieu devient un entrepôt de verrerie et porcelaine. Ce n'est qu'en 1973, que le nouveau propriétaire découvre les "restes" d'un théâtre abandonné depuis 70 ans,qu'il réssuscite en cabaret dîner-spectacle.

    Aujourd'hui : cabaret (Retour au plan de Paris)
 
  • Paris Concert - 5, Avenue des Ternes, 17e

    Dans le théâtre des Ternes

    De 1892 à 1898
 
  • Parisiana - 27, Boulevard Poissonnière, 2e

    Ouvert en 1894, les frères Isola en prennent la direction, en 1897. En 1908, ils le cèdent à leur locataire qui voit son établissement fermé par la Préfecture en 1910 (pour raison de travaux de sécurité non effectués). Il est alors transformé en cinéma, Parisiana Cinéma. En 1937, l'héritier a des vélléités de renouer avec le concert. Les travaux s'éternisent, la Seconde Grande Guerre arrive et Parisiana reste un cinéma que Gaumont rachète en 1957, pour le transformer en Richelieu-Gaumont (1 800 places), qui ferme définitivement ses cinq salles (entretemps aménagées) en 1987.

    Pour plus de renseignements sur la période 1897 - 1905 - Voir ICI.

    Aujourd'hui : commerce & appartements (Retour au plan de Paris)
   
  • Pépinière, La - 9, Rue de la Pépinière, 8e

    Fondée en 1871, cette salle très populaire voit défiler des comiques troupiers (y compris Polin) et Libert, Dalbret, Georgel, Urban et Damia. - Les inondations de 1910 lui sont fatales. La salle est rouverte mais transformée en cinéma avant d'être démoli à la fin des années trente.

    Aujourd'hui : commerce & bureaux (Retour au plan de Paris)
 
  • Persan - 16 bis, Boulevard de Sébastopol, 4e

    Ouvert vers 1894, concert d'assez basse classe qui disparaît du paysage aux environs des années '20.

    Aujourd'hui : banque & appartements ( Retour au plan de Paris)
  • Petit Casino - 8 - 10, Boulevard Montmartre, 9e

    Dans le passage Jouffroy (inauguré en 1847), au sous-sol du Bazar Européen. D'abord Bal Montmartre, d'ailleurs chanté par Gustave Nadaud, il devient un théâtre de marionnettes et prestidigitation, puis, en 1860, le Théâtre des Ombres Chinoises. En 1865, il repart aux marionnettes et s'appelle Passe Temps, pour se retrouver Théâtre Miniature en 1873. En 1895, le lieu est habité par un café-concert Le Petit Casino jusqu'en 1950, où il est remplacé par un cinéma.

    Aujourd'hui : commerce (Retour au plan de Paris)
  • Pie qui chante, La - 159, Rue Montmartre, 2e

    Ouvert en 1907

    Aujourd'hui : commerce & appartements
 
  • Pigeonne - 222, Rue Saint-Antoine, 4e

    De 1892 à 1900
 
   
  • Porcherons (Concert des) - 19-21, Rue Cadet, 9e

    De 1871 à 1878. Devenu les locaux du Petit Journal.

    Aujourd'hui : bureaux (Retour au plan de Paris)
  • Porte Maillot (Concert de la) - 78, Avenue de la Grande Armée, 17e

    Aujourd'hui : commerce & appartements
 
  • Poste (Grand Concert de la) - 99, Rue Saint-Dominique, 7e

    Brasserie-billards reconvertie en café-concert, le Grand Concert de la Poste est fermé (pour cause de guerre) en 1914. Un temps ambulance, il rouvre en 1915. Devenu Moderne Lyrique (pour trois mois), en 1922, il reprend son nom mais à la suite de sa vente en 1925, il s'appele Les Pinsons, un théâtre. Fermé et revendu en 1935, il devient le Cinéma Dominique,transformé en commerce en 1980.

    Aujourd'hui : commerce & appartements (Retour au plan de Paris)
 
  • Prado - 50, Avenue de Clichy - Impasse Hélène, 18e

    De 1890 à 1907
 
 
  • Prado 2 - 157, Rue du Faubourg Saint-Antoine, 11e

    De 1896 à 1898
 
 
  • Presse - 125, Rue Montmartre, 2e

    Concert modeste ouvert en 1889, il devient le Palmirium en 1917. Transformé en music-hall en 1919, il prend le nom de Tambourin. Faillite en 1921 et rasé en 1924.

    Aujourd'hui : bureaux & appartements (Retour au plan de Paris)
  • Printania - Porte Maillot, 17e

    Ouvert en 1904, pour palier le manque de "Music-Gardens" à Paris, dans un parc comportant de nombreux jeux, la salle du Printania compte 2 000 places. Vendu en 1908, il perd le concert pour devenir le Luna Park de Paris. Démoli dans les années '50, il fait place au Palais des Congrès.

    Aujourd'hui : Palais des Congrès (Retour au plan de Paris)
 
  • Progrès, Brasserie-Concert du - 9, Rue Clignancourt, 18e
 

Retour à la page d'introduction   ou   Photographies...   Affiches...   Programmes...   Établissements en province...