Jean Richepin, pensif, en académicien







Voir également

(CD de 2007)

Jean Richepin

On pourrait se demander ce que ce poète né à Médéa (aujourd'hui Lemdiyya) en Algérie, le 4 février 1849, et mort à Paris le 12 décembre 1926, surtout connu pour sa "Chanson des gueux" (1876) et ses écrits anarchistes (mais qui finit académicien), chantre (à l'origine) de la misère et de la pauvreté, peut bien faire dans un site consacré à la chanson française.

C'est qu'on l'a mis en musique. Plusieurs fois d'ailleurs.

Yvette Guilbert l'a chanté ; de même que Polaire, Lys Gauty et même  Tino Rossi et... Georges Brassens.

Son père était médecin mais dans l'armée. Aussi,  a-t-il été appelé à voyager beaucoup quand il fut jeune. En 1868, il entre à l'École Normale Supérieure où il obtint une licence en lettres deux ans plus tard. - Au cours de la guerre de '70, il fait parti du corps des francs-tireurs de Charles Bourbaki et assiste, du haut d'une fenêtre, aux combats de la Commune.

Jean Richepin
dans son cabinet de travail

Tour à tour journaliste, professeur, matelot, docker, il finit par faire partie de ceux qui, en 1881, étaient "du Chat Noir" (voir à Rodolphe Salis).

D'écrits en écrits, sa plume, vitriolique au début, s'adoucit, s'adoucit et s'adoucit encore pour devenir, la notoriété aidant, un pâle reflet de ce qu'elle avait été.

En 1909, cet athé-révolté-anarchiste (ses amis du Chat Noir, compris Verlaine ont dû, pour la plupart, tourner deux fois dans leurs tombes ), se présenta à l'Académie Française en remplacement d'un autre immortel aujourd'hui oublié, André Theuriet, où il fut reçu par un autre presque oublié, Maurice Barrès.

Un aller-retour.


Pour en savoir plus


Musique !

Cinq enregistrements dont trois de sa plus célèbre chanson, "La glu", l'histoire de ce pauvre gars qui tue sa mère, lui arrache le cœur pour le donner au chien d'une femme qui ne l'aime pas - un véritable morceau d'anthologie :

"La glu" - en 1918

Yvette Guilbert


"La glu" - version chantée - en 1920 ou 1922

Polaire - Aérophone n° 1468


"La glu" - version parlée - en 1929

Polaire - Polydor n° 52531


"Les deux ménétriers" - en 1927

Damia


Mais aussi


"Le paradis du rêve" - en 1937

Tino Rossi