PAGES ANNEXES
________________
Discographie
Photographies - Dessin - Affiches
Notes diverses
Commentaires
Mémoires















en Claudine...




... avec Willy.
























Polaire

On a tellement parlé de sa taille (voir le liens vers les photos ci-dessous) qu'on a oublié qu'elle avait un visage. Et un beau visage.

Polaire dans Les sauterelles
au Vaudeville
(Le Figaro - 17/12/1911)

On a tellement parlé de sa scandaleuse liaison avec Colette qu'on a oublié que c'est elle qui a créé au théâtre le rôle de Claudine (aux Bouffes-Parisiens, le 22 janvier 1902).

Et on a tellement parlé de ses frasques qu'on a oublié qu'elle avait aussi chanté. Et enregistré. Des chansons signées Scotto, Yvain, Lenoir, Richepin...

Et, finalement, on a tellement parlé de ses chansons qu'on a oublié sa voix qui était tout à fait exceptionnelle.

Née Emélie Marie Bouchaud, à Alger, le 14 mai 1874, elle "monte" à Paris en 1891 (elle a alors dix-sept ans) pour rejoindre son frère, Dufleuve, qui chante à l'Européen et décide elle aussi de faire du Music-Hall. - (Voir à ce propos ses mémoires et les notes en annexe - liens en bas de page.)

(Dix-sept ans ? - Pour se rajeunir, sans doute, elle avouait, à un reporter du New York Times venu l'interviewer dans sa loge peu avant sa première américaine... quatorze ans !)

Quel que fut l'âge, chose certaine, elle fut tout de suite remarquée à cause de son physique (un tour de taille qui tenait du prodige) et à cause aussi de la façon qu'elle se tenait en scène : cambrée en arrière, elle passait continuellement d'un pied sur l'autre, comme secouée par un tremblement continu. Aussi, on la surnomma très vite la "gommeuse épileptique" mais quels que furent l'attitude, la taille ou l'âge, tout Paris tint à la voir.

Les échotiers de l'époque s'emparèrent d'elle et en firent une fêtarde, une noceuse, une bouffeuse de fortunes, une réputation,audemeurant, fort méritée. Ses décolletés, ses déshabillés, sa façon de s'afficher au théâtre comme à la ville, son habitude de tout brûler par les deux bouts suffirent à la classer comme une des grandes cocottes de l'avant-guerre. - Le ménage-à-trois qu'elle partagea avec Colette et Willy ne modifia en rien l'idée qu'on se faisait d'elle.

Après la guerre, elle abandonna le Café-concert pour se consacrer uniquement au théâtre où elle obtint un succès assez appréciable grâce à une voix au timbre merveilleux.

Le jeu eu souvent raison d'elle et, pour suppléer à ses manques continus d'argent, elle revint plusieurs fois à la chanson (à partir de la fin des années vingt) allant jusqu'à enregistrer une version de "La Charlotte prie Notre-Dame" en 1936, peu de temps avant de prendre sa retraite (elle mourut en 1939).

Madame Polaire repose à l'Ancien Cimetière du Centre, à Champigny-sur-Marne (94 500) - division 21.


Quelques films aujourd'hui introuvables

Sous la direction d'un jeune Maurice Tourneur, en 1912, 13 et 14 : Le friquet, Les gaîtés de l'escadron, Le dernier pardon, La dame de Montsoreau et  Monsieur Lecoq.

Puis avec Robert Bibald, en 1932 : Amour, amour (en chiromancienne)

Et, enfin, en 1933, de Marc Didier : Âme de clown (un tout petit rôle).

Ses chansons les plus connues demeurent : "Tha ma ra boum di hé" (1892), "Max, Max, ah c'que t'es rigolo" (également connu sous le nom de "T'as tant d'pognon" [*] de Delormel et Devere - 1895), "Tchique Tchique" (de Vincent Scotto), "Allo ! Chéri" (chanson téléphonique - avec Marjal), "Lingaling" (1895) et puis "La glu" (de Richepin) dont elle fit deux enregistrements, l'un au début des années vingt et l'autre en 1929.

[*] À cause du refrain :

Ah ! Ah comm' t'es rigolo
Quel sucre t'as en tringlot
T'es pas joli joli joli garçon
Seulement t'as tant d'pognon.


On écoutera d'elle

"Tchique Tchique" (Vincent Scotto)

Enregistré en 1923 - Disque Odéon n° 75143

Mais pour entendre cette "merveilleuse" voix, on préférera, une chanson plus théâtrale :

"Le train du rêve" (Aubret et Lenoir)

Enregistré en 1930 - Disque Parlophone n° 22716

Merci à Monsieur André Anciaux pour les enregistrements.

Voir également à Jean Richepin (pour son interprétation de "La glu").


Deuxclips

Un premier dont nous ignorons l'origine, la date et l' endroit...

... Et un second présentant des images extraites du film Le friquet de Maurice Tourneur, en 1913, d'après la pièce de Willy tirée du roman de Gyp. Polaire y tient le rôle du Friquet, aux côtés de César, Le Mafflu, Dubosc, le piqueur, Henry Roussell, le comte, etc.

L'histoire d'un clown qui recueille une petite fille abandonnée et lui apprend son métier.

Merci à Françoise Giraudet qui nous a aimablement communiqué ces images.


Petits formats ?

Nous n'en avons retrouvé aucun mais vers 1904-1906, Henry Maugis s'est permis de composer une "Valse Polaire" qui, elle, a été publiée en petit format.

Novembre 2009 - Grâce à la complicité de Monsieur Jean-François Petit (de Mons-en-Laonnois) voici deux autres petits formats, l'un estampillé "Création Polaire" et l'autre "Répertoire Polaire".

Mars 2010 - Et du même, trois nouveaux petits formats de "Création Polaire".


Pour références

Polaire par elle-même

Éditions Eugène Figuière
1933 - Paris

(que l'on pourra lire ici)

La folie Polaire

Jean-Baptiste Thiérrée

Édition Lume
Lyon - 2007

Polaire
La demoiselle à la rose rouge

Françoise Giraudet

Auteure - Éditrice
Novembre 2009

(Plus d'informations ici)

.