1914



1924



1931







Junka

Si Dickson - voir à sa page -, semblait destiné à une mort certaine après la 14-18, c'est qu'on n'avait pas prévu son remplaçant, de six ans son cadet, en la personne de Junka, né en 1878, Junka qui, au contraire de son prédécesseur, allait perpétuer la personnalité du beau et du vieux beau jusqu'en 1930 et même un peu plus.

Les deux se ressemblaient étrangement, d'ailleurs, et dans la présence sur scène et dans le choix de leurs chansons.

Ainsi, si Dickson pouvait se permettre de chanter "Heure suprême" (Eugène Rosi), Junka pouvait, lui, mettre à son répertoire "Rêve d'un soir" (Nylson FYscher) ou encore : à "Nos vingt ans" (de Dickson, auteur et compositeur), l'autre répliquait par "Rendez-moi mes vingt ans" (Gavel)...

Junka ? Il est né Léonce Junca à Bordeaux et aurait débuté, dans sa ville natale, au début du siècle dernier avant de monter à Paris, en 1905, où, après diverses tournées, en duo (voir l'article paru dans l'Album musical cité ci-contre, en bas), il se lança dans des tours de chant en solo, tours de chant qui le propulsa peut-être un peu moins haut que son prédécesseur (quoique, avant la guerre, les deux se firent concurrence) mais dans de nombreuses salles parisiennes, belges, marseillaises... surtout après que l'autre eut disparu. C'est ainsi qu'on le retrouve à Chansonia en 1919, à Bobino, en 1920, au Casino Saint-Martin, en 1922 et cela jusqu'en 1930 où il fit partie des tournées Danerty (avec Suzanne Valroger, Anna Thibaud, Esther Lekain, etc.), tournées qui se terminèrent souvent à la Gaîté Rochechouart.

Pour terminer sa carrière, Junka se lança dans la production mais sous le nom de Dick Lawrence (sic) avant d'accepter la direction de la maison de retraite de Ris-Orangis en 1933 (ou 34) pour finalement se porter acquéreur du café Le chaland (qui existe toujours), sis quai de Valmy, à Paris (en 1936) et mourir bien tranquille en 1945.


Discographie

Junka, à notre connaissance, n'aurait enregistré que pour une seule maison : Pathé.

Nous avons retrouvé, dans les catalogues de cette firme, 24 enregistrements dans celui de 1914, 26 dans celui de 1924 et 4 dans celui de 1931. - Voir les photos ci-contre. Plusieurs doubles : "L'âme des violons", "Ferme tes jolis yeux", "Le plus joli rêve" et autres, enregistrés, pour la plupart avant 1914, à l'exception, peut-être, des éditions du catalogue de 1931, mais les disques de Junka, sans doute à cause de leurs caractéristiques relativement surannées sont plutôt rares et, sans les avoir tous entendus, il est difficile d'ajouter des commentaires. - Qui plus est : il semble en manquer quelques-uns dans les listes dont les photos sont ci-jointes. - Pensons, entres autres, à "Notre nid d'amour" de Raoul Georges ou "On ferme" de F. Bastin ou "Sur les flots du Bosphore" qiue nous citons ci-dessus et qui font partie de diverses listes que nous avons retrouvées dans nos archives. - Bien peu, quand même, pour quelqu'un qui a chanté pendant plus de trente ans.


Illustrations musicales

Avant d'aller plus loin, autant vous prévenir : si le physique et le répertoire de Junka ressemblent étrangement à ceux de Dickson, la voix, elle, rappelle, encore plus étrangement, celle de... Bérard. - Mais allons-y tout de même !

D'abord avec son plus grand succès, "Le plus joli rêve" d'Arezzo et Chapelle, enregistrement que nous avons trouvé, en repiquage, sur un 33 T datant du début des années soixante, paru chez EMI-Pathé mais dont nous avons perdu la référence.

"Le plus joli rêve"

Un extrait, ensuite, de la collection d'Hervé Ternus, un disque Pathé - n° 2960en 1911 :

"Si ton cœur est à moi"

(Beaudard et Devaux)

Et, finalement, de la collection d'André Anciaux, un disque Pathé de 1911 également, n° 4769, dans la plus pure tradion bérardesque :

"Sur les flots du Bosphore"

(Delteil - Devaux)


Petits formats


   












Et pour terminer

Un article paru (ci-contre) dans L'Album musical de février 1913 signé de la plume de Jacques d'Auzon où il est, en outre, question de Junka en... nageur-sauveteur.

Junka, à qui nous consacrons aujourd'hui le présent numéro de L'Album Musical, est assurément l'une des plus sympathiques figures et des plus aimées du publie amateur de jolies romances. Sa voix souple, harmonieuse et bien timbrée, sa diction parfaite en ont fait une des étoiles de première grandeur qui brillent actuellement au firmament du Café-Concert.

Junka est natif du Midi, le pays des bons chanteurs. Il est né à Bordeaux, et fit toutes ses études à Mont-de-Marsan. C'est sur les bords fleuris de la Midouze qu'il rêva de conquérir les lauriers parisiens.

Après neuf années de collège, il revint à Bordeaux pour y apprendre le métier de bijoulier auquel le destinait sa famille.. Mais, pendant les quatre années qu'il devait consacrer à son apprentissage, il fréquenta assidûment les concerts de la ville, et ce qui devait arriver arriva. Junka sentit germer en sa jeune tête frivole le goût des tendres romances, et un beau jour il fit part aux siens de son ardent désir de délaisser l'établi pour la scène. Hélas, trois fois hélas ! ses parents ne se nmontrèrent pas enthousiasmés de ce beau projet, et l'ami Junka dut parachever son éducation bijoutière. Malgré tout, l'idée de se faire "artiste" ne l'abandonnait pas, et dès qu'il put s'affranchir de 1a tutelle familiale, il mit son projet à exéculion.

Le succès ne fut pas long à venir. Dès ses débuts, il eut la chance de rencontrer une aimable et artiste petite femme qui sut faire vibrer sa corde sensible. Ils se marièrent et se produisirent dans un numéro de duettistes qui eut tout de suite un certain renom, et avec lequel ils affrontèrent le public des plus grandes villes d'Europe et d'Amérique.

De retour du pays des dollars, et sur l'avis de personnalités très compétentes, Junka abandonna les duos pour se produire dans un genre plus personnel, qui devait faire de lui, en quatre ans, une des premières vedettes du Café-Concert.

C'est le bon et regretté compositeur Vercolier qui lui fit ses premiers succès, et c'est grâce à lui que la renommée s'attacha à Junka pour ne plus le quitter.

Parmi les plus grands succès de Junka, il convient de citer la célèbre valse populaire "Laisse-moi pleurer", puis "Les Rubans de la vie", "Fleurs des routes", "Le père chante-misère", "La Ronde des baisers", "Myrtha", "Pourquoi n'as-tu rien dit ?", "Le Drapeau", et le succès inoubliable de la valse connue du monde entier "Tu ne le sauras jamais", que Junka lança devant le public le 19 mai 1910.

Nous sommes heureux de pouvoir rendre ici justice au petit bijoutier devenu grand artiste. Mais nous croirions manquer à notre devoir de biographe si nous ne disions encore que le brave garçon qu'est Junka est aussi un homme très brave, qui eut la bonne fortune de sauver, il y a quelques mois, deux vies au péril la sienne.

Voici sans commentaires, ce que nous avons pu lire dans La Gazette Normande du 27 juillet dernier :

Acte de bravoure - La semaine dernière, nous n'avions pu, faute de renseignements précis, rendre compte à nos lecteurs d'un fait qui mérite d'être signalé et dont voici quelques détails :

Mardi 16 juillet, à la marée du matin, vers onze heures et demie, deux femmes de chambre, les nommées Eugénie Deffois et Suzanne Vilette, employées chez M. Whettnall, château de Courtempière (Loiret), prenaient leur bain dans un endroit très dangereux de la plage, lorsque Suzanne Vilette, emportée par un courant, coula dans un trou. Aux appels désespérés de sa camarade, M. Junka, artiste de l'Eldorado de Paris, qui passait sur la, plage en. ce moment, n'écoutant que son courage. se jeta tout habillé à l'eau et parvint jusqu'à Suzanne Vilette ; celle-ci, en se débattant, attrapa M. Junka par la manche de sa chemise ; il parvint néanmoins à force d'efforts, à la ramener saine et sauve, mais il tomba inanimé après cet instant émouvant, et dut rester six jours couché. Ce n'est que grâce aux soins énergiques du docteur Bray que nous n'avons pas à enregistrer un accident mortel.

Quand vous entendrez Junka détailler la romance à la mode, souvenez-vous de ceci, et ne lui ménagez pas vos bravos. Il les mérite à tous points de vue, comme homme et comme artiste.