Anette Lajon

On connaît l'anecdote Lajon-Piaf :

Annette Lajon venait de créer "L'étranger" de Marguerite Monnot (écrit en collaboration avec Robert Juel, sur des paroles de Robert Malleron) quand Piaf, qui s'appelait encore "La môme Piaf" voulut l'ajouter à son répertoire. À l'époque, ça ne se faisait pas : on laissait, pour au moins six mois, l'exclusivité d'interpréter une chanson à celui ou celle qui l'avait créée, mais "La môme", contrairement à l'usage, se mit à la chanter, au grand désagrément de Lajon qui, néanmoins, lui présenta Monnot. Doit-on ajouter le reste ?

On connaît moins celle de Lajon-Hahn :

Chanteuse "classique" (mezzo), Lajon, qui avait déjà joué le rôle de Carmen à l'Opéra Comique, fit, en 1934, la rencontre de Reynaldo Hahn lors d'un gala à la salle Pleyel. Il trouva sa voix envoûtante et lui suggéra d'aborder la chanson. Ce qu'elle fit. Elle parut d'abord en province, dans le sud de la France, à Toulouse, puis dans de petites salles de Paris, avant de passer à l'Étoile et, finalement à Bobino où elle créa, cet "Étranger" qui lui rapporta le Grand Prix du disque en 1936.

Ses premiers enregistrements datent d'avril 1934 : "Mon cœur est léger", "Trop de soirs ont passé", "C'est le plaisir que j'aime", "La Fête au village"... - Ces derniers, fin des années cinquante mais c'est au cours des années quarante qu'elle créa ses plus grands succès : "Mon p'tit kaki", "Boléro nostalgique""J'ai perdu d'avance", "Inquiétude" et surtout, en 1942, "Chanson gitane" de Louis  Poterat et Maurice Yvain de même que "Pour fêter ton retour" de Roland Tessier-Pierre, Bayle et Jacques Simonot.

Après la guerre, sa popularité se mit à décliner. Elle est encore là, en 1955 (Concert Pacra) mais les années soixante venues, elle décida de prendre sa retraite et de s'occuper de ses affaires.

Annette Lajon, née en 1901, est décédée, plus ou moins oubliée, en 1984 et il aura fallu attendre plus de dix ans avant qu'on remette en circulation ses plus grands succès.


Enregistrements

Ils sont nombreux et plusieurs ont été repris par d'autres dont cet"Étranger"dont nous avons parlé au début et que Damia, même, ajouta à son répertoire mais qu'à cela ne tienne puisque Lajon, dans l'autre sens, a bien voulu ajouter le "Johnny Palmer" de l'autre que ne dédaigna pas, non plus, Suzy Solidor... Entre chanteuses plus ou moins réalistes, on se faisait ces coups-là, à l'époque.

Mais s'il faut illustrer la voix de Lajon, pourquoi, justement, ne pas la mettre en relief avec ces deux grandes rivales. - Voici donc, les trois versions de l'"Étranger" chantées dans l'ordre de leur enregistrement par : Lajon, la Môme et la grande Damia.

Annette Lajon

Disque Pathé n° PA 784 - Décembre 1935


Édith Piaf

Disque Polydor - Janvier 1936


Damia

Disque Columbia n° DF 2035 - Novembre 1936

Lequel préférer ? - Les inconditionnels de Piaf diront Piaf mais pourquoi ne pas lui préférer son "Légionnaire" qui lui ressemble tant ? (qui fut créé, rappelons-le, par Marie Dubas). - Les plus nostalgiques crieront en chœur : "Damia !", ce à quoi nous leur répondrons qu'il serait peut-être préférable d'admirer ses "Goélands". - Après plusieurs auditions, cependant, l'on comprendra pourquoi la première a obtenu le Grand prix du disque de 1936 et non les deux autres.