Marie Dubas en 1954









Marie Dubas

Elle est née en 1894 et, tout en suivant des cours au Conservatoire d'art Dramatique (classe de P. Mounet), elle est figurante au théâtre de Grenelle (Esméralda à 14 ans, en 1908). Elle suit des cours de chant aussi et, très tôt, elle devient chanteuse d'opérette, métier qu'elle exercera jusqu'en 1926.

L'année suivante, elle entame une carrière de chanteuse populaire avec "Pedro" (J. Gey et J. Rodor) qu'elle chante à l'Olympia. Succès immédiat. Elle est au Casino de Paris en 1932 puis passe en vedette à l'A.B.C. et à Bobino.

Dans ses tours "de chant", elle danse, chante, joue la comédie, mime, intercalant chansons réaliste, comiques, monologues, chansons folkloriques, chansons pour enfants et mélodies classiques.

En 1932, elle inaugure la formule du récital à Bruxelles puis à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées, l'année suivante : 35 chansons, sans micro. Piaf trouve en elle une source d'inspiration. Colette la vénère. Son public l'adule. C'est elle qui crée "Quand Charlotte prie Notre-Dame" (Jehan Rictus - 1934), "La java d'un sou" (Batell, Valray - 1935), "Mon légionnaire" (R. Asso, M. Monot - 1936)...

Exilée durant la guerre, elle chante en Amérique, en Suisse, au Portugal, en Afrique du Nord. - Elle refait une entrée triomphale en 1945 (à l'A.B.C. et au Théâtre de l'Étoile) puis repasse du côté du théâtre (Théâtre Antoine, 1950), revient au Music-Hall (Bobino, 1953) assurant, avec Damia, la réouverture de l'Olympia en 1955.

Elle tourne aussi, dans quelques films : Escale de Louis Valrey (1935 - Chanson-thème : "La java d'un sou", Au fil des ondes de Pierre Gautherin en 1951, Une nuit au Moulin Rouge de Jean-Claude Roy (avec l'ineffable Armand Bernard) en 1955...

En 1958, après cinquante ans de carrière, elle n'en peut plus : "J'ai payé trop cher : ce métier m'a tué", dit-elle...

Elle mourra 14 ans plus tard, à Paris, en 1972 après avoir donné sa dernière interview en 1962.


Quelques petits formats

Trente-cinq ans après son dernier spectacle, soixante six ans après son premier succès (enregistré), que reste-t-il de Marie Dubas ?

On serait tenté de dire rien. - Même pas son "Légionnaire" que Piaf a repris à son compte (mais qui n'a cessé de dire toute sa vie qu'elle a tout appris d'elle). - Parfois, à Noël, quand les disc-jockeys en ont assez des chansons qu'ils ne cessent de tourner, un téméraire en profite pour mettre en ondes sa "Charlotte prie Notre-Dame".

Que l'histoire est ingrate !

Ce qu'il reste d'elle ? - Tout. - Sauf qu'on a oublié la créatrice pour n'écouter que ses créatures, ses - on serait même tenter de le dire - imitatrices, qu'elles s'appellent Althéry, Piaf, Anny Cordy, Suzy Delair, Gréco, Patachou, Sylvestre, Vartan... (Enfin : vous voyez le programme....) - Mais passons...


Extraits sonores

Voyons de près...

Cinq enregistrements datant de 1928 à 1939 (il faudrait en citer vingt, trente !)

De son répertoire opérette d'abord, une petite chanson .

"Ça fait peur aux oiseaux"

De P. Bernard et G. D'Onquaire - 1928

De son répertoire fantaisiste :

"C'est toujours ça de pris"

De M. Yvain et M. Blot - 1935

Une de ses grandes créations, , la chanson qui allait lancer Piaf :

"Mon légionnaire"

De R. Asso et de Marguerite Monod - 1936

Comment passer par dessus cette stupéfiante (c'est le cas de le dire) chanson :

"Le tango stupéfiant"

De Carcel, Cor et Clive - 1936

Et si vous pensiez tout connaître, écoutez-là devant son public, en 1939, dans un de ses grands succès "La femme du roulier" à la rubrique Textes de chansons - Paroles.


Récent livre sur Marie Dubas

Marie Dubas comédienne de la chanson

François Bellair-Dubas et Robert de Laroche

Édition Christian Pirot (2004).


Merci à Martin Pénet  et à François Bellair (cités ci-dessus), - Martin, historien de la chanson et auteur de Mémoire de la chanson (Édition Omnibus-Culture, 2001), de Mistinguett, la reine du Music-Hall (Éditions du Rocher, 1995), etc. et François qui est le fils de Madame Dubas - pour les corrections et précisions qu'ils ont bien voulu nous communiquer en rapport avec cette page.