PAGES ANNEXES
________________

Paris Qui Chante
Petits formats





Montel

Jusqu'à ce qu'il fit du cinéma (en 1931), on ne connaissait de lui que son nom.

Et sa perpétuelle tristesse.

Mais quel nom !

À l'Eldorado, à partir de 1906, quand Dranem - qui y avait signé un bail de 20 ans en 1899 - se produisait à l'Alcazar, c'est lui qui le remplaçait. - Il allait y rester huit saisons. En vedette, aux côtés de Bérard et de Georgel.

Sa carrière s'étirera jusqu'à au moins 1932 date où il tourne, en compagnie de son fidèle compagnon Bach, son troisième film, Bach millionaire (d'Henry Wulschleger). Auparavant, avec le même réalisateur, il avait été Taupin dans L'affaire Blaireau (d'Alphonse Allais) et puis joué un petit rôle dans Le champion du régiment.

Il est au Bijou-Concert en 1910 ; au Casino de Montmartre, en 1911 et 1912 ; aux Folies Parisiennes, au Gaîté-Montparnasse, au Kursaal, au Petit Casino,  à La Cigale ; au Concert Mayol en 1916. L'année précédente, il avait été le directeur artistique lors de la réouverture de l'Européen (sous la direction de J. Lacor). - En 1918, on le retrouve au Château d'Eau ; à l'Eldorado (à nouveau) en 1919 ; puis, en 1921, aux Ambassadeurs aux côtés des anciens : Mayol, Georgel, Fortugé, Esther Lekain ; aux côtés des nouvelles aussi : Damia, Fréhel ; à la Gaîté-Rochechouart en 1927...

Il devait être encore là en 1929, puisque c'est cette année-là qu'il enregistra pour la dernière fois son plus grand succès : "Elle était souriante" (1908).

Né en 1871, Montel est décédé en 1955.


Long, maigre, triste, avec un menton proéminent et une sorte de physique chevalin, il fut un Armand Bernard (le croque-mort par excellence) avant Armand Bernard.

Comment fut-il, au départ, accepté par son auditoire, nul ne sait car en plus d'avoir l'air perpétuellement en deuil, il débitait ses chansons avec une lenteur extrême.

Parmi celles-ci :

  • "J'ai engueulé l'patron"
  • "[Je suis un] Bon Républicain"
  • "Victorine" (voir petit format ci-contre)
  • "De Paris à Rouen" (idem)
  • "Je suis vaseux" [*]
  • "Collin colline" [*]
  • "Par la fenêtre" ( Pierre Codini)
  • "Quand elle me prit" ( Pierre Codini / Georges Villard)
  • "Les pieds de son gnasse" (Eugène Gavel)
  • "Si près des cieux" (Jean Taillefer)
  • "Pour mon enfant" ou  "La petite qui quête" (Eugène Gavel / Phébus & Will)

[*] Merci à Monsieur Christian Lafenêtre de nous avoir communiqué ces deux titres.

On écoutera, de lui, son "Elle était souriante". - Voir ici pour les paroles et la musique.
Voir également le numéro spécial du magazine Paris Qui Chante et notre page sur Georges Villard pour son interprétation de "Quand elle me prit".